Meublé de tourisme : définition et classement

Voir les chapitres
Le guide de la location saisonnière Chapitre 2.3
Meublé de tourisme : définition et classement

Appartement ou maison ? Studio en centre-ville ou villa en bord de mer ? Quel que soit le type de bien que vous choisissez, un investissement locatif saisonnier consiste à mettre en location ce qu’on appelle un « meublé de tourisme », différent d’une location nue à l’année. Suivez ce guide pour savoir ce qu’est exactement une location saisonnière classée « meublé de tourisme » et comment la mettre en valeur pour rentabiliser votre investissement.

Meublé de tourisme : définition

Un meublé de tourisme peut être n’importe quel type de bien, de n’importe quelle taille – studio, appartement, chalet, maison, villa – et être loué à un client particulier aussi bien que professionnel. Toutefois, la définition ne s’applique qu’à une location meublée saisonnière, c’est-à-dire à un logement destiné à être loué pour une période de vacances et non pas en tant que résidence principale ; la période peut être courte (une journée, quelques jours, quelques semaines) ou longue (plusieurs mois).

Il faut savoir également qu’un meublé de tourisme implique… d’être meublé ! Pour être considéré comme une location saisonnière classée « meublé de tourisme », un logement doit comporter un minimum d’équipement à destination des locataires :

  • De l’ameublement (lit, canapé, table, chaises)
  • De l’électroménager (réfrigérateur, plaques de cuisson)
  • Des ustensiles de cuisine (couverts, assiettes, verres)

Aucune règle ne définit exactement ce qui doit se trouver dans le logement en dehors de ce minimum vital. Vous n’êtes pas contraint, par exemple, de fournir du linge de maison, même si la plupart des locations saisonnières de courte durée proposent ce service (en ne le faisant pas, vous risquez de vous priver de clientèle). L’idée est de fournir aux voyageurs l’équipement nécessaire pour jouir du meublé de tourisme dans les meilleures conditions.

Le classement en meublé de tourisme

Une fois que vous avez investi dans un appartement ou une maison à mettre en location saisonnière, il vous est possible de demander un classement en meublé de tourisme. Celui-ci consiste en une inscription officielle dans une catégorie de confort et de service, allant de 1 à 5 étoiles, sur le modèle de ce qui se fait pour l’hôtellerie.

Totalement facultatif, le classement en meublé de tourisme peut s’avérer un excellent outil de communication auprès des locataires potentiels : ceux-ci recherchent de plus en plus des prestations proches des hôtels, en termes de confort matériel comme de qualité des prestations.

L’évaluation est faite par un organisme agréé par le Cofrac (Comité français d’accréditation), à l’aide d’une grille qui comporte 112 critères répartis entre l’équipement, les services et le duo accessibilité/développement durable. L’opérateur vous remet un rapport ainsi qu’une proposition de classement, que vous pouvez contester dans les 15 jours à partir de la réception du certificat. Une fois accepté, le classement en meublé de tourisme est valable 5 ans.

Au-delà de la simple location meublée saisonnière

Au-delà de la simple location meublée saisonnière

Un meublé de tourisme doit être déclaré s’il ne s’agit pas de votre résidence principale. Pour un investissement locatif saisonnier, vous devez donc obligatoirement déclarer votre activité à votre mairie ; dans le cas contraire, vous pourriez avoir à payer une amende de 450 euros. D’autres déclarations peuvent s’avérer nécessaires en fonction de votre ville (voir cette page). Votre régime fiscal (BIC ou micro-BIC) dépendra ensuite du montant de vos recettes.

Il faut savoir également qu’un meublé de tourisme implique… d’être meublé !

Une location saisonnière classée « meublé de tourisme » implique également de fournir un certain nombre de services, notamment l’accueil et la propreté du logement. Vous pouvez confier ces tâches à un professionnel de la conciergerie comme Bnbsitter, qui propose check-in, check-out, ménage et lavage du linge de maison.

Enfin, sachez qu’il est possible de faire évoluer son meublé de tourisme en gîte, par exemple. Cette activité, si elle est exercée de manière régulière, devient alors commerciale et nécessite d’être enregistrée au registre du commerce et des sociétés (RCS). Ce nouveau statut exige également de fournir des services supplémentaires par rapport au simple meublé de tourisme, notamment des prestations de nettoyage en cours de séjour, de fourniture de linge de maison, d’accueil de la clientèle et de mise à disposition d’un petit-déjeuner.

Réserver un sitter