Investissement locatif saisonnier : tous nos conseils

Voir les chapitres
Le guide de la location saisonnière Chapitre 2
Investissement locatif saisonnier

Ce volet de notre guide est consacré plus exactement aux futurs propriétaires qui voudraient se lancer dans un investissement locatif saisonnier. Vous y trouverez des conseils sur les avantages qu’il y a à choisir la location saisonnière, la rentabilité que vous pouvez en attendre, ainsi que les biens les plus attrayants pour les potentiels locataires en fonction du type de logement et de l’emplacement, ainsi que le meilleur statut pour répondre à vos besoins.

Pourquoi choisir l’investissement locatif saisonnier ?

L’intérêt d’un investissement locatif saisonnier est double : d’abord, il offre des revenus plus importants que la location conventionnelle ; ensuite, ces revenus vous permettent de financer entièrement votre investissement, et parfois même d’en tirer quelque bénéfice, de sorte que vous finissez par devenir propriétaire du bien grâce aux seuls revenus locatifs.

Ce type d’investissement revêt d’autres avantages :

  • Pas ou peu de risques d’impayés
  • Des locations qui, la plupart du temps, sont déjà payées à l’entrée des locataires dans les lieux
  • Une location peu réglementée
  • Une fiscalité avantageuse

Quelle rentabilité pour un investissement locatif saisonnier ?

Investir en location saisonnière peut se révéler particulièrement rentable : jusqu’à deux fois plus qu’un investissement locatif classique, en fonction des emplacements. Ainsi, il n’est pas rare d’atteindre des rendements à deux chiffres dans les zones les plus touristiques, comme Paris ou la côte d’Azur.

Toutefois, la rentabilité d’une location saisonnière est fonction de nombreux critères : type de bien, emplacement, densité touristique de la zone, coût à l’achat, recettes locatives maximum, frais et charges divers, régime fiscal auquel vous pouvez prétendre (selon la durée de location), etc.

Alors, avant de vous laisser tenter par un investissement locatif saisonnier quelque part, prenez le temps de vous renseigner sur le potentiel locatif tout au long de l’année, ainsi que sur les loyers moyens pratiqués alentour.

Conseils pour un investissement réussi

Conseils pour un investissement réussi

Avant de vous lancer dans un investissement locatif saisonnier, vous devez prendre en compte un certain nombre de critères : le type de bien et son emplacement, le statut du bien et le genre de location (courte ou longue durée) que vous désirez privilégier. De ces critères va dépendre la valorisation de votre bien, donc sa rentabilité.

Dans quel type de bien investir ?

La qualité d’un investissement locatif saisonnier dépend avant toute chose du type de bien dans lequel vous choisissez d’investir. Ce critère, qui fonctionne en duo avec l’emplacement, peut également avoir un impact important sur le montant du loyer que vous pouvez exiger de vos locataires : une belle maison de ville au cœur de Paris se louera évidemment plus cher qu’un studio de 15 m² au même endroit.

Faut-il investir plutôt dans un appartement ou dans une maison ? Les deux types de biens ont leurs avantages en fonction de leur situation géographique.

Mettre un appartement en location signifie :

  • Un logement mieux placé qu’une maison, en centre-ville ou proche
  • Des locations sur de courtes périodes, de quelques jours à quelques semaines
  • Un loyer moins onéreux pour les locataires, donc la promesse de locations plus rapides et plus régulières
  • Obtenir une rentabilité très attractive s’il est bien placé, au cœur des grandes villes

Mettre une maison en location signifie :

  • Un emplacement plutôt en dehors des centres-villes : périphérie, voire banlieue
  • Un investissement locatif saisonnier idéal si vous voulez acheter au bord de la mer, à la montagne, à la campagne
  • Un loyer plus cher à la location, qui attirera plutôt des familles
  • La promesse de louer sur de plus longues durées (d’une semaine à plusieurs mois)
  • Posséder à terme votre résidence secondaire de vacances

Quel(s) emplacement(s) privilégier ?

Au moment d’investir en location saisonnière, l’emplacement prend une dimension essentielle. Contrairement à un bien que vous mettriez en location classique, à l’année, un logement saisonnier tire sa valeur de sa proximité avec les points d’intérêt touristiques et les commodités. Si vous avez déjà eu l’occasion de mettre votre appartement ou votre maison en location sur un site comme Airbnb, ou de louer vous-même pour vos vacances, vous savez que la distance avec le centre-ville, avec les commerces et avec les transports en commun est dans le top 3 des critères de location.

L’emplacement doit être en lien avec l’activité, qu’elle soit balnéaire, montagneuse ou urbaine.

La notion de bon emplacement change selon le type de bien. Un locataire attend d’un appartement qu’il soit situé en centre-ville ou proche, que les lieux touristiques soient aisément accessibles en transports, etc. Mais s’il loue une maison au bord de la mer, il veut avant tout que la maison soit bel et bien à quelques mètres de l’eau, et non pas à 2 km derrière une barre d’immeubles. L’emplacement doit être en lien avec l’activité, qu’elle soit balnéaire, montagneuse ou urbaine.

Évidemment, parmi les conseils de bonne location sur Airbnb entre autres, on vous recommandera de ne surtout pas mentir, ni sur le type de bien, ni sur son emplacement, ni sur rien du tout. Cela peut sembler évident, mais il est facile de croire qu’un petit mensonge n’aura pas d’impact, alors qu’il peut vous valoir un commentaire acerbe d’un locataire mécontent. Et donc moins de clients par la suite. Cela est à prendre en compte avant votre investissement locatif saisonnier.

Statut et durée de location

Toute location saisonnière a le statut de « meublé de tourisme », aussi bien un petit studio en centre-ville qu’une vaste villa au bord de la mer. C’est une dénomination qui s’applique à toutes les durées de location : à la journée, à la semaine ou pour plusieurs mois, dès lors qu’il s’agit toujours d’une location de vacances et que les locataires n’y élisent pas domicile. Ce statut concerne les logements meublés, qui mettent à disposition du locataire un minimum d’équipements (lit, réfrigérateur, plaques de cuisson, ameublement de base, etc.).

Toutefois, et si vous envisagez de devenir un professionnel de la location saisonnière, il est possible de demander le classement de son meublé de tourisme. Il s’agit pour cela de s’adresser à un organisme d’évaluation dédié qui, après une visite du logement, remet au propriétaire un certificat comprenant un rapport et une proposition de classement allant de 1 à 5 étoiles (comme pour les hôtels, mais avec des critères différents).

Sachez enfin que si vous faites votre profession de la location saisonnière et que vous fournissez trois services spécifiques (petit-déjeuner, nettoyage des locaux en cours de séjour et fourniture de linge de maison), vous pouvez prétendre au statut de gîte.